Présentation d’un partenaire

Photo d'équipeLes Éditions des Plaines offrent des publications variées ainsi que des ressources éducatives et culturelles. Mais ce sont aussi des partenariats avec d’autres organismes engagés dans l’épanouissement de la langue française et le bien-être de la communauté franco-manitobaine et, d’une manière plus générale, manitobaine.

Parce qu’il est essentiel pour nous de soutenir les initiatives et les actions des structures qui partagent nos valeurs, nous souhaiterions vous présenter l’un de nos partenaires : l’Alliance française du Manitoba.

Fondée en 1905 et active depuis 1915, l’Alliance française du Manitoba, basée sur l’avenue Corydon, à Winnipeg, a pour mission principale la promotion de la langue française et des cultures francophones, dans toute leur diversité. « Association indépendante à but non lucratif, l’Alliance française s’inscrit dans un réseau mondial composé de plus de 1 000 antennes présentes dans 135 pays, informe le directeur général de l’association, Emmanuel Bottiau. Le Canada en compte dix sur son territoire. »

Le siège de l’Alliance française se trouve à Paris, c’est pourquoi l’association cultive une identité d’origine française. « Mais étant donné que nous incarnons une association de droit local, nous mettons l’accent sur le métissage entre la francophonie telle qu’elle existe en France, et celle du pays d’accueil, précise Emmanuel Bottiau. Nous faisons bien attention à respecter notre mandat et à traiter la francophonie dans tous les domaines, à savoir au niveau culturel, géographique, linguistique et autres, et cela, au travers de l’enseignement que nous dispensons, de notre programmation culturelle et dans les acquisitions pour notre centre de ressources. Nous gardons toujours en tête que les gens doivent bénéficier de l’éventail le plus large possible en la matière. »

Trois grands volets

Emmanuel Bottiau décrit l’Alliance française comme « une structure à trois têtes : une école, un centre culturel et une association », détaille-t-il.

Alliance françaiseL’école, d’abord, propose un enseignement du français comme langue étrangère. « Nos cours s’adressent aux adolescents et adultes, indique le directeur général. Un public composé de nouveaux arrivants francophones, d’anglophones souhaitant apprendre le français, de personnes de la fonction publique et de francophones qui n’ont plus beaucoup d’occasions de pratiquer leur langue d’origine ou de l’écrire. »

Le centre culturel, ensuite, répond au mandat de l’Alliance française de promouvoir la culture francophone. « Nous tentons de maintenir l’équilibre entre les projets de diffusion et de création, lance Emmanuel Bottiau. Ceci, au travers du cinéma, de la musique et de la littérature, principalement. En ce qui concerne la diffusion, nous sélectionnons des programmes et faisons de ceux-ci une réalité à Winnipeg. Quant à la création, nous initions nous-mêmes des projets dans le cadre de notre mandat. »

Enfin, en ce qui concerne le dernier volet, celui de l’association, il se manifeste dans le fait que l’Alliance française est ouverte à tous. « Chaque individu qui cultive un intérêt pour la culture francophone doit pouvoir trouver chez nous de quoi satisfaire ses besoins, note le directeur général. Ce volet se matérialise donc par les ressources mises à la disposition du public. » Ainsi, l’Alliance française offre à ses membres la possibilité d’accéder à un catalogue constitué de plus de 700 films francophones. Il propose aussi une large palette de littérature francophone, de musiques actuelles et d’autres matériaux variés, soit plus de 3 000 documents en tout. À noter que l’Alliance française propose également de la littérature francophone traduite en anglais. « On peut tout aussi bien s’intéresser à une culture particulière sans connaître le véhicule de pensée à l’origine de celle-ci », soutient-il.

Un lieu d’échanges

Pour conclure, il n’est pas inutile de rappeler que l’Alliance française est aussi un lieu de rencontres et d’échanges où les gens peuvent partager leur passion commune pour la culture francophone. « Chacun est libre de venir ici pour participer à des activités francophones diverses, plutôt que de demeurer seul dans son coin », déclare Emmanuel Bottiau.

Et parce que l’association est toujours en mouvement et souhaite rester à la page, à l’écoute des besoins des individus, ses perspectives d’avenir s’inscrivent dans une perspective évolutive. « L’Alliance mêle tradition et modernité, commente le directeur général. Elle respecte son identité depuis plus d’un siècle mais ne veut pas rater le virage de la modernité. C’est pourquoi elle ambitionne d’offrir toujours plus de ressources matérielles et d’utiliser les outils technologiques nécessaires à une diffusion plus large de celles-ci. » Prochaine étape? La création d’une plateforme commune à toutes les Alliances françaises du Canada. « Pour que tout le monde puisse bénéficier des ressources, jusque dans les régions les plus reculées du territoire. »