Un voyage au pays des fleurs

Claire Poliquin

Claire Poliquin et sa fille Émilie

Cliquez pour voir la vidéo du lancement.
Enfant, Claire Poliquin partait tous les printemps à la cueillette des salsifis, en compagnie de sa maman. De retour à la maison, les plantes étaient nettoyées et ajoutées aux salades.
Ce souvenir est resté très présent dans la mémoire de la Franco-Manitobaine, enseignante de français et orthopédagogue. Elle en parlait d’ailleurs souvent à ses collègues en leur confiant son souhait d’écrire un livre à ce sujet. Et puis, un jour, les actes ont remplacé les mots.
« Lors d’une pause de midi, je me suis rendue à la bibliothèque et j’ai entrepris l’écriture de mon histoire, raconte Claire Poliquin. Ce jour-là, j’étais bien décidée à mettre mes désirs en pratique et à aller au bout de mes objectifs. »
L’écriture d’Émilie au pays des salsifis a duré quatre ans. La finalisation de l’ouvrage jusqu’à sa publication a pris quatre années supplémentaires. « Je me suis inspirée de ma fille pour le personnage principal de l’ouvrage, Émilie. Ce qui est drôle, et tout à fait fortuit, c’est que le livre sort au moment où ma fille est âgée de 4 ans et demi, l’âge auquel j’allais cueillir des salsifis dans les prés avec ma maman. »
À la recherche d’Olive
Émilie au pays des salsifis s’adresse aux enfants de huit ans et plus. C’est l’histoire d’une petite fille qui se passionne pour les fleurs. « Son goût pour celles-ci est tellement prononcé qu’elle souhaite en avoir tout autour d’elle, tout le temps, relate Claire Poliquin. Elle connaît les caractéristiques de chacune d’entre elles et, le dimanche, lorsqu’elle part à la cueillette des salsifis, elle parle et s’amuse avec ses amies les plantes. »
Lors d’une des escapades d’Émilie survient un triste incident. « La petite fille perd Olive, la marguerite qui décorait sa chaussette gauche, continue l’auteure. La sœur jumelle de la marguerite, Prune, présente sur la chaussette droite de l’enfant, est bouleversée par cette disparition et demande à la petite fille de l’aider à retrouver sa sœur. »
S’engage alors une recherche passionnante au cœur d’une nature luxuriante. « C’est l’une de mes collègues, passionnée par les fleurs, qui m’a donné l’envie d’approfondir la thématique des plantes, explique la Franco-Manitobaine. Elle en a toujours de très jolies dans sa salle de classe dont elle prend le plus grand soin.»
Cette thématique lui est apparue d’autant plus intéressante que les plantes occupent une place importante dans la vie d’un être humain. « Les fleurs nous accompagnent de notre naissance jusqu’à notre mort. Elles ont chacune leur symbolique et leur signification, même si ces caractéristiques diffèrent selon les cultures. On aime tous en offrir ou en recevoir à l’occasion d’évènements particuliers. Elles touchent donc tout le monde. »
Ludique et didactique
Enfin, en vue de mêler l’utile à l’agréable, l’auteure n’a pas hésité à compléter l’histoire d’Émilie avec quelques notions théoriques qui permettront aux enfants d’en apprendre davantage sur les fleurs que la petite héroïne rencontre au fil de son aventure. « Émilie dévore tous les ouvrages qui parlent des plantes, note l’auteure. Ces notions explicatives, et les illustrations qui les accompagnent, permettront aux jeunes lecteurs de partager le savoir de la petite fille afin, peut-être, de s’éprendre comme elle des trésors que nous offre la nature. »