Contactez-nous/

Envoyez-nous

une commande

 

Éditions des Plaines

Tél: 204-235-0078

Fax: 204-233-7741

admin@plaines.mb.ca

Nous acceptons

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean

L'éditeur remercie le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts du Manitoba du soutien accordé dans le cadre des subventions globales aux éditeurs et reconnait l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada et du ministère du Sport, de la Culture et du Patrimoine du Manitoba, pour ses activités d’édition.

© 2018 Éditions des Plaines

Jean-Claude Castex

Jean-Claude Castex passe son enfance en Algérie qu’il quitte en 1962, année de l’indépendance. Il fait ses études primaires et secondaires à Oran, Algérie, puis des études supérieures à l’École normale d’Oran (1960). En novembre 1962, il immigre au Canada où il pratique divers métiers : portefaix, comptable, journalier d’hôtel, garçon de restaurant, commis voyageur et mineur en Abitibi-Waswanipi. Il fait ensuite des études de 1er cycle en histoire à l’Université Laval, Québec, qu’il complète à l’Université Simon Fraser, Vancouver (BA, 1984). En 1966, il s’engage résolument dans l’enseignement et exerce d’abord à Montmagny, Québec, puis dans la banlieue de Vancouver dans le cadre du programme d’immersion française. Il contribue par son travail quotidien et par sa fonction à l’exécutif de l’Association francophone de Surrey, Colombie-Britannique, au rayonnement du français dans l’Ouest canadien. En 1994, il fonde les Éditions du Phare-Ouest, qui publient, entre autres, quatre auteurs de la Colombie-Britannique.

Bibliographie

À cheval sur les mots, 1989
Les grands dossiers criminels su Canada tome 1, 1990-1992
Les grands dossiers criminels su Canada tome 2, 1991-1992
Le gros lot, Éditions des Plaines

Critique de presse

À propos de Le gros lot :

« La magie opérée dans ce livre est qu’elle tient le lecteur dans une sorte de fascination où la curiosité mise en constante activité invite ce dernier à traverser le recueil sans jamais être heurté par la facilité, l’insignifiance ou la monotonie. »

Pierre Adélard, 30 octobre 1988