Le jeune Jean-Paul avait du talent. Il avait du caractère. Sa mère rêvait de voir son petit dernier décrocher le diplôme devant faire de lui le digne représentant de la famille. Mais son parcours allait emprunter des chemins sinueux.


Pensionnaire au Collège de Saint-Boniface, « le petit gars de Saint-Joachim » s’ennuyait de sa famille et cherchait à impressionner ses amis en adoptant – ou en imaginant – des comportements considérés inacceptables dans ce haut lieu de savoir dirigé par les jésuites. Cependant, son éducation classique au Collège lui permettra d’apprendre des leçons de vie importantes.


De retour à l’école secondaire mixte dans son petit village, Jean-Louis continue à vivre les expériences du passage à la vie adulte dans la période tumultueuse des années soixante.

 

« Notre professeur nous enseignait aussi le latin, ce qui représentait un
grand défi pour lui. Comment pouvait-on enseigner une langue morte
qui était seulement utilisée par des curés ou quelques snobs qui voulaient
en impressionner quelques autres, ou une jolie demoiselle ayant un
penchant pour ce qu’elle croyait être un homme cultivé ? Le professeur
a présenté la situation en vrai professionnel en nous expliquant que le
latin n’était pas aussi mort qu’on le croyait. De fait, la majorité des mots
utilisés par les langues romanes et même plusieurs mots employés par
les langues germaniques ont une racine latine. »

Du collège à la liberté

19,95C$Prix
  • Auteur: Jean-Marie Taillefer

  • Roman, pour public adulte

    Broché

    6 po x 9 po

    204 pages | Noir et blanc

    ISBN 987-2-9819195-1-9